# PandémiX

Quel pays a le mieux géré la crise ?

8 mai 2021

Telle est la question posée par le magazine Challenges dans son numéro du 6 mai 2021 (1).

Le premier constat, c’est qu’en Europe, aucun des grands pays ne se détache vraiment du lot sur le plan sanitaire. Sans surprise, l’Allemagne arrive tout de même en tête avec le plus faible nombre de décès pour un million d’habitants à 955 et 37 801 cas déclarés (toujours par million d’habitant). La Grèce a des résultats à peu près comparables mais elle compte huit fois moins d’habitants. Pour les quatre autres « grands » d’Europe (Royaume-Uni, France, Italie, Espagne), les résultats sont quasiment similaires avec entre 1500 et 2000 morts pour un million d’habitants et entre 60 000 et 90 000 cas déclarés.

Sur le plan économique, l’Allemagne s’en tire encore une fois mieux que les copains avec un recul de 5% du PIB quand le recul est d’environ 10% partout ailleurs. Les Etats-Unis s’en sortent à peu près comme les Anglais avec 1713 morts et 95 884 cas pour un million d’habitants mais avancent vite sur le front de la vaccination avec déjà près de 40% de la population qui a reçu au moins une dose de vaccin anti-covid.

Ces statistiques ne permettent pas, néanmoins, d’affirmer qu’un pays a réellement mieux géré la crise que les autres. Ce qui est intéressant en revanche, ce sont les chiffres de l’Asie, Inde exceptée, où le nombre de décès n’excède nulle part la barre symbolique des 100 morts/million, soit un taux d’incidence 15 à 20 fois inférieur à l’Europe ou aux Etats-Unis. Cela appelle vraiment à réflexion. L’Asie a eu « la chance » de voir arriver le virus en premier et la plupart des pays ont mis en place des mesures fortes et rapides : kits numériques, dépistage de masse, fermeture des frontières… la pandémie a été prise à la gorge très tôt. Pendant que nous nous grattions la tête pour trouver des masques, les Chinois, les Coréens, les Japonais déployaient les grands moyens sur tous les fronts pour détecter et isoler les personnes atteintes du virus. Mais l’Asie, ce n’est pas l’Europe. On n’y a pas la même vision de la discipline, c’est le moins que l’on puisse dire.

Pour revenir en Europe, le seul pays qui avait opté pour une gestion différente de la crise, c’est la Suède. Pas de confinement, pas d’attestations, pas de masques obligatoires, la Suède a longtemps fait figure d’électron libre jusqu’à ce que le nombre de cas s’envole pour atteindre le taux d’incidence le plus élevé d’Europe avec 89129 cas/million, le nombre de décès étant lui comparable à celui de la France à 1365 contre 1480 dans l’Hexagone. Le modèle suédois de gestion de la crise est-il pour autant un échec ? Certes seuls 30% des Suédois accordent leur confiance au gouvernement mais il faut reconnaître que la situation sanitaire n’est pas vraiment pire qu’ailleurs en Europe alors qu’aucune mesure forte n’y a été prise et par conséquent l’impact sur l’économie y est le plus faible avec un recul du PIB de seulement 2,8%. Il est vrai cependant que les pays voisins ont eu de bien meilleurs résultats sur le plan santé : 13600 décès en Suède pour 10 millions d’habitants contre 2500 au Danemark, 890 en Finlande et 710 en Norvège.

Mais ce qui me surprend le plus dans ce dossier, c’est son titre : Les pays qui ont su le mieux gérer la crise. C’est l’emploi du passé composé qui m’étonne en fait, car cela revient à dire que la crise est derrière nous. Or, vu la volatilité du virus, le nombre de fois qu’il a muté selon les zones géographiques, comment être certain qu’un nouveau variant ne va pas succéder aux précédents et nous renvoyer à la case départ : nouvelles restrictions, nouveaux confinements, nouveaux vaccins etc. etc.

Il faut être positif, optimiste même, comme Candide. Ok soit ! Mais à l’heure où j’écris ces mots, la crise, nous sommes encore en plein dedans malgré une annonce de réouverture proche. La vaccination avance lentement, mais sûrement, mais lentement tout de même, avec des vaccinodrômes parfois complètement vides et surtout qui peut me dire à quoi ressemblera l’après ? Socialement, économiquement, psychologiquement. Nous les Européens allons sortir de cette histoire complètement rincés, notre jeunesse en lambeaux. Il est donc bien trop tôt pour tirer un bilan, qui ne sera de tout façon que partiel tant les conséquences seront multiples et profondes.


Références

Les pays qui ont su gérer la crise… et les autres, Challenges N°697, 6 mai 2021, p.50-64

Vous souhaitez intéragir ? Écrivez un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Chômeurs payeurs
    # EconomiX

    Chômeurs payeurs

    2 mai 2021
    J'ai commencé ma carrière au chômage ! J'avais pourtant fait de brillantes études, enfin de brillantes études je ne sais pas, mais en tout cas une brillante école c'est certain, une des meilleures de France dans son ...
    Lire la suite
  • Seb Toussaint
    # Monsieur X

    Seb Toussaint

    20 novembre 2021
    J'anime depuis quelques années un club avec des enfants du primaire et du collège. J'ai commencé par réaliser les vidéoclips avec eux. Dit comme ça, ça peut paraître simple mais nous n'avions qu'une heure entre ...
    Lire la suite